Développement d’une plateforme intégrée de télé-monitoring de la ventilation non-invasive des BPCO

La Ligue pulmonaire genevoise et le Service de pneumologie des HUG ont lancé un projet visant à regrouper et analyser les différentes données "télémonitorées" du patient sous ventilation non-invasive de manière à prévenir les épisodes d'exacerbations des symptômes et éviter les réadmissions à l'hôpital.

La VNI à domicile chez les patients atteints de BPCO souffrant d'hypercapnie chronique ou persistante après un épisode de décompensation respiratoire a récemment démontré son efficacité pour prévenir une réadmission, même si le pronostic global reste sombre dans ce groupe de patient. La ventilation au domicile fait désormais partie de l’arsenal thérapeutique dans la BPCO avancée (1). 

Lors d’une exacerbation de BPCO, l’aggravation des symptômes respiratoires nécessite toujours une adaptation du traitement médical et parfois une hospitalisation si l’exacerbation est sévère. Il n’existe pas aujourd’hui de bon outil en routine clinique pour prédire une exacerbation de BPCO, ceci représentant l’un des principaux défis de la pneumologie au cours des prochaines années. 

Les exacerbations aiguës de BPCO sont associées à un déclin accéléré des fonctions pulmonaires, à une diminution de la qualité de vie, à une de mortalité élevée et représentent également une charge financière importante pour le système de santé. La probabilité de survie médiane après un épisode initial d'insuffisance respiratoire hypercapnique ayant nécessité de la ventilation non-invasive est inférieure à quatre ans. Après une seconde admission pour le même motif, la trajectoire de santé est profondément modifiée, avec des exacerbations plus fréquentes et plus sévères conduisant finalement au décès (2).

Nous avons constaté que la dyspnée (une sensation subjective de difficulté et de souffrance respiratoire), est indépendamment associée à des réadmissions précoces ou au décès chez les patients atteints de BPCO grave, y compris lorsque l’on tient compte des autre facteurs de gravité (3). Cela suggère qu'un suivi "automatisé" en télé-monitoringavec des mesures répétées des symptômes respiratoires (en particulier la dyspnée), de la qualité du sommeil et du confort en ventilation non-invasive pourrait orienter des interventions spécifiques pour prévenir une réadmission à l’hôpital (4). Les données téléchargées à partir du logiciel de ventilation non-invasive peuvent aussi être considérées comme d’autres biomarqueurs digitaux. En effet, les logiciels intégrés dans les ventilateurs fournissent aujourd’hui aux cliniciens une énorme quantité de paramètres qui permettent, entre-autres, de surveiller l'adhérenceau traitement, les fuites au niveau de l’interface (masque) ou encore la fréquence respiratoire. Chacune de ces variables peut être associée à la survenue d’exacerbations respiratoires et de réadmissions à l'hôpital même si elles demeurent individuellement insuffisantes pour prédire un événement grave. 

Nous développons actuellement une solution digitale complétant le télé-monitoring de la VNI. Le principal objectif de ce projet est de développer une solution qui relie efficacement de bout en bout les symptômes des patients, leur activité physique, leur comportement face au traitement de la VNI et le suivi physiologique quotidien téléchargé à partir du ventilateur afin de mieux prévenir les réadmissions hospitalière dans cette population fragile. Pour y parvenir, nous utiliserons à la un ensemble d’outils connectés et des techniques modernes d'exploration et d'analyse des données. Nous espérons ainsi qu'une détection plus précoce d’une instabilité clinique chez les patients traités par ventilation non-invasive permettra d’améliorer leur pronosticainsi que leur qualité de vie. 

On relèvera enfin que le lancement de ce projet a été rendu possible grâce à l'excellente collaboration de la LPGE avec les fournisseurs d'appareils (ResMed et Philips Respironics) avec qui la question de l'interface de la plateforme avec les appareils a été abordée de manière constructive.

 

  1. Murphy PB, Rehal S, Arbane G, Bourke S, Calverley PM, Crook AM, Dowson L, Duffy N, Gibson GJ, Hughes PD, Hurst JR. Effect of home noninvasive ventilation with oxygen therapy vs oxygen therapy alone on hospital readmission or death after an acute COPD exacerbation: a randomized clinical trial. Jama. 2017 Jun 6;317(21):2177-86.

  2. Suissa S, Dell'Aniello S, Ernst P. Long-term natural history of chronic obstructive pulmonary disease: severe exacerbations and mortality. Thorax. 2012 Nov 1;67(11):957-63.

  3. Dupuis-Lozeron E, Soccal PM, Janssens JP, Similowski T, Adler D. Severe Dyspnea Is an Independent Predictor of Readmission or Death in COPD Patients Surviving Acute Hypercapnic Respiratory Failure in the ICU. Frontiers in Medicine. 2018;5.

  4. Dupuis-Lozeron E, Gex G, Pasquina P, Bridevaux PO, Borel JC, Soccal PM, Windisch W, Pépin JL, Janssens JP, Adler D. Development and validation of a simple tool for the assessment of home noninvasive ventilation: the S3-NIV questionnaire. European Respiratory Journal. 2018 Nov 1;52(5).